Si le testateur est libre de rédiger un testament, il est aussi bien libre de le révoquer. Les formalités varient toutefois en fonction de la nature du testament en cause.

  • S’agissant d’un testament olographe

Si le testament a été confié au Tribunal d’instance, il faudra s’y rendre et demander la remise du testament afin de l’annuler soit par la destruction soit par la mention « annulé » ou « non valable ». De même si le testament est conservé à titre particulier, la simple mention d’annulation ou la destruction entraine annulation.
Par ailleurs, la rédaction d’un nouveau testament valable entraine automatiquement l’annulation de l’ancien testament.

  • S’agissant du testament authentique

Le testateur doit effectuer en personne une démarche de retrait du testament auprès du Tribunal d’instance.

  • S’agissant du testament en commun

Si un seul des conjoints souhaite révoquer le testament, la révocation ne peut être faite que de manière motivée et par acte notarié.
Si l’un des conjoints souhaite révoquer le testament en commun, les dispositions prises par l’un des conjoints et dépendantes de celles de l’autre ne peuvent être révoquées que par voie notariée et du vivant de l’autre conjoint.