L’Allemagne figure parmi les pays qui reconnaissent aux salariés des droits de participation à la gestion de l’établissement des plus étendus. Le comité d’entreprise  (« Betriebsrat ») tient en effet une place privilégiée en ce qu’il dispose, à la différence du comité d’entreprise ou d’établissement en France, de pouvoirs de cogestion ou codétermination. Le syndicat se voit également reconnaître une place fondamentale car il est seul titulaire du droit de grève, droit qu’il ne peut exercer qu’à l’expiration d’une convention collective.